Posts filed under ‘Ile de la Réunion’

Lundi 26 décembre 2005, retour pour Paris

Ce matin levé très tôt. Le jour se lève en même temps que nous. Et après un petit déjeuner on s’attaque à la route des Plaines.

Quelle idée !! On a failli déposer du yaourt partout tellement cette route tourne. Mais en début de journée, si tôt, c’est décidément l’heure fantastique pour apprécier les paysages et profiter du voyage en voiture.

Mais nous sommes fatigués et Lou fini par laisser le volant à Papa. Finalement l’aéroport sera là plus vite que prévu, nous avons bien roulé.

Ce matin il n’y a qu’un vol pour la métropole. Tout le mond est déjà en train d’enregistrer ses bagages. Je fais de même et suis rassurée car je suis tout à fait dans les poids.

Maman, Lou et Papa sont là, mais je leur dis au revoir et leur souhaite encore de bons moments ensemble, je préfère aller attendre seule l’avion, on tourne moins en rond.

Dans la salle d’embarquement j’apperçoit le voici de vol de Papa à l’aller, des enfants, des familles, des créoles ou des z’oreilles…

La clim est en marche mais pas encore de quoi remettre ma veste.

Embarquement. Je n’ai normalement pas de hublot, mais pas un mic-mac heureux, je me retrouve donc coincée au-dessus de l’aile près d’un hublot.

C’est un vol de jour et je vais donc survoler la moitié du globe et l’on m’avais conseillé ce type de vol pour le plaisir des yeux.

A côté d’une Mamie et une fille de 10/12 ans qui voyage seule, on fait une belle brochette. Après le décolage je récupère mon chapeau que des voyageurs peu scrupuleux ont écrasé au fond d’un rangement, et je m’installe. j’ai déjà faim et le reaps n’est pas encore prévu…

Tout le long du voyage, j’aurai survolé des pays inconnu aux terres arides, rouges et magnifiques, et d’autre un peu moins arrides mais toutes aussi belles les unes que les autres. Je devais aussi apprévier l’Italie, mais comme par chez nous, ces temps-ci il y fait nuit tôt et le ciel est bas, nous étions au-dessus.

J’ai bouquiné et découvert la vie des bébé éléphants, gnus et girafes, j’ai regardé un film et dormi. j’ai pas mal bu et donc pas mal ennuyé ma voisine en allant aux toilettes. j’ai aussi eu droit à une “pluie” d’eau de refroidissement lors du décolage, mais bon, un petit désagrément qui est finalement passé.

Dans la nuit on a donc atteri à Paris. Au départ 27 degrés, il en faisait 4 à Paris. Je n’ai pas trouvé l’air trop froid quand j’ai eu récupéré mes affaires.

Mais après une bonne nuit au chaud dans mon lit, avec la couette et je pyjama en pilou, la sortie dans l’air parisien le lendemain me fut fatale… Malade comme un chien je m’en remet doucement pour vous raconter tout ça.

J’ai vraiment eu un beau voyage, j’ai eu plaisir à le vivre, avec ma soeur et mes parents. A le raconter pour moi et les curieux.

J’ai un peu bronzé des pieds et j’ai aussi la marque du maillot de bain, mais bon, en ce moment il est difficile d’en imposer avec ça ! 😉

A très bientôt pour d’autres aventure.

Tuesday, 3 January, 2006 at 14:00 2 comments

Samedi 24 décembre 2005

Ce matin on se levera tôt, c’est la veille de Noël et surtout c’est jour de marché. Ici c’est tôt si on veut tout trouvé, vers midi c’est fini, il fait trop chaud.

Ca y est je vais pouvoir m’acheter un panier et trouver un ou deux petits souvenirs ainsi que trouver des fruits à ramener dans le fameux panier.

On commence par le marché de nourriture où l’on pose nos options pour continuer par celui aux touristes avec tous les objets d'”artisanat”, de madagascar, de la réunion & co.

Maman et moi trouvons nos paniers, des grands et des petits à suspension, dit “à épices”, quelques épices, et souvenirs. Le soleil tape comme un fou et nous avons bien fait de s’armer de crème solaire avant de partir.

Je me choisi aussi un chapeau sous l’oeil un peu réprobateur ou neutre de ma petite famille, ben oui, je rentrerai dès lundi sur Paris d’où l’utilité de cette acoutrement est… très limité !! Mais je suis contente de mon achat, affaire à suivre l’été prochain !

Et on rempli enfin nos paniers, ananas, petites bananes, mangues josé, fruits de la passion, letchis. Je suis parée pour mon retour.

A notre retour à la maison, la chaleur nous aura achevé et avant notre soirée, c’est donc une pause sieste ou calme pour tout le monde.

Se profile alors notre petite soirée chez des amis des parents. On se pomponne un peu mais on oublie pas les maillots, ils ont une piscine.

En arrivant on découvre leur superbe maison proche de la mer. Entre filles on va préparer les toasts de foie gras, saumon et petits fours. A l’apéro le champagnes est ouvert. Nous sommes sur la terasse dans les chaises en bois ou la balancelle. L’air est chaud et il est difficile de se croire Noël !!

Le Père Noël passera pour les plus jeunes, puis nous passeront à table avec dinde aux marrons et boucané (viande fumée) avec de petites pommes vapeurs. Déjà après les toasts on n’est plus vraiment s$urs d’avoir faim, mais tout est délicieux.

A minuit, les pétards et quelques lumières de feux d’artifices éclatent dans le jardin voisin et au loin dans de nombreux jardins. Ici, comme dans la tradition chinoise, on utilise beaucoup de pétard ou autre à base de poudre. On a déjà pu en avoir un appreçu lors de la fêt’Kaf le 20 décembre.

Pendant une bonne demie-heure chaque jardin envoie ses fusées lumineuses et ses nombreux pétards. Chez nous il n’y en a pas, mais on profites de ceux des voisins. 

Puis plateau de fromage et bûches glacées qu’il faut se dépecher de manger car elles ne tiendront pas longtemps.

Notre reveillon s’achève alors, nous avons un peu de route et la fatigue nous gagne tous.

Demain, il y aura le Papa Noël !!

Tuesday, 3 January, 2006 at 13:36 Leave a comment

Jeudi 22 et vendredi 23 décembre 2005

Alors finalement, nous avons réussi à quitter la case pour le nord et direction, le Cirque de Salazie.

Nous avons choisi la route des Plaines qui ne mena plus rapidement à notre destintion. Les paysages traversés furent impressionant de diversité. Après de hautes montagens il y a eu les plaines comme le nom de la route l’indiquait. Et encore des vallées et des montagnes. Nous avons traversé un joli village qui faisait penser à une jolie station savoyarde en été. Puis ce fut de nouveau la mer, nous avions traversé l’île. Avant de retourner vers l’interieur, et via une petite route sinueuse le long de la montagne nous avons finalement apperçu le petit village de Salazi, puis, encore plus haut, celui d’Hell Bourg. Tout perdu que ce soit, ici c’est animé. On sent que cela bouge.

Il est l’heure presque l’heure du souper, ici il faut gris avec du brouillard, situation assez classique en fin de journée.

Et nous découvrons notre gîte. Tenu par un couple qui l’a repris depuis peu, on a peine à le distinguer de la route. Mais la jolie case en mauvaise état nous ouvre grand ses fenêtres.

Mais on comprend en entrant que chaque chose en son temps. L’interieur est de très bon goût, un peu bohème et chaleureux. L’exterieur sera la suite des travaux. Ce soir nous serons les seuls.

On prend le temps de s’installer, on découvre les belles couverture sous lesquelles on se glissera cette nuit. Oui, depuis mon arrivée, je n’ai vu que des draps, tout en me demandant même si c’était utile. Ici on sent bien que la couette sera la bienvenue.

Nous sommes ensuite convié pour l’appéro et le repas. Tout simple mais très bon et bien présenté, nos hôtes sont également de très bonne compagnie. Rapidement, après une bonne papote, nous regagnons notre lit. Papa s’est lui, trouvé quelqu’un pour parler bio et énergies renouvelable.

La nuit est vriament calme et fraîche, mais chaude au fond du lit. Au matin on se lève tôt pour profiter du paysage découvert à cette heure. Mais manque de chance, le paysage est couvert. Soit, on se lève donc quand même et on s’offre même une petite ballade qui grimpe bien après avoir quitté un lieu bien sympatique.

Après la ballade, Papa, Maman et moi découvrons la Maison Folio, maison du XIXème siècle qui nous fait découvrir un grand nombre de plantes locales ainsi que des objets de l’époque. La maison est classée historique et les guides inspirés, interessants, mais d’un humour assez tangeant… mais bon….!

C’est la semaine de Noël et les petits restaurant ont pour beaucoup fermé leurs portes pour les fêtes. Oui, ici ce n’est pas la grande ville et les touristes ne sont pas nombreux pour Noël bien que le lieux attire de nombreux touristes.

Nous sommes donc retourné jusqu’à Salazie manger au P’tit Bambou. Place symaptique d’où nous avons assisté à un mariage créole, toute en blanc, fleurs & co.Nous avons également eu droit à des papillotes avec dedans de mini-pétard, et je m’en suis donc donnée à coeur joie. Oui, il ne m’en faut pas beaucoup !!

Notre prochaine étape fut la Maison de la Vaniell, très beau domaine qui fit de la vanille et qui aujourd’hui est musée, mais l’apât du gain en a fait baver certains et les leiux vont être quitté, c’est vendu…

Petit rappel toujours interessant que cette histoire de la vanille. Au passage on a quand même eu droit à de bonnes odeurs, mais sans toucher ! Et puis une jolie demeure.

Et on a ensuite repris le chemin de la côte pour réaliser notre projet de l’aller : longer la côte pour découvrir le Grand Brûlé, côte qui subi les assauts du volcan, et découvrir le Sud dit Sauvage.

La journée va sur sa fin, mais les heures les plus chaudes sont passé et la route est agréable. Petit à petit les cases s’estompent, il y en a de moins en moins, et tout du long on voit un grand nombre d’arbres à letchis chargés de fruits.

Avant le territoir du Grand Brûlé, il y a l’anse des Cascades, je n’en ai vu qu’une, mais l’anse est belle et la lumière à cette heure est basse, interessante pour les photos. Cette petite pause nous permet de nous étirer et c’est reparti.

Nous croison une coulée, puis deux… elles sont datées par une borne sur le bord de la route, mais la plupart sont invisible car la nature, impressionnante, a très vite repris ses droits. Et on découvre les dernières coulées, 2002 et 2004, mais déjà celle de 2002 commence à être recouverte. Mais on voit que chacune était d’une matière différente, l’une plus coulante que l’autre. Celle en petits bouts est appellé “grattons”. Au loin on voit des langues noirs sur les flans de la montagne, impressionnant.

Puis, de nouveau des cases. C’est plus calme, ce sont de jolies demeures qui doivent parfois avoir chaud aux fesses. Mais en effet le Sud Sauvage en vaut le coup pour le paysage. Mais le soleil est à son plus bas et Lou l’a complètement dans les yeux, on décide donc de faire une pause en attendant que celui-ci se couche. En haut d’une falaise sur la mer, le spectacle nous calme et chacun se perd dans ses idées à regarder les vagues qui se jettent à nos pieds.

Le soleil rendu dans son lit nous avons repris la route puis petit à petit rejoint la civilisation où e, vitesse nous avons fait nos courses pour notre petit repas de Noël dimanche soir. Mais nous n’étions poas les seuls… assez drôle de voir le magasin éteind et tout le monde aux caisses, les bras plein de bonnes chose spour célébrer !

A notre retour à la case, on a pas tardé à rejoindre notre lit, la journée fut bien chargé !

 

Tuesday, 3 January, 2006 at 13:18 Leave a comment

Jeudi 22 décembre 2005 (1ère partie)

Ce matin, levé à 7 pour départ à 8. Malheureusement, la veille, les clignotants de la voiture nous on lâché, et pas moyen de savoir pourquoi. Ce matin, Papa et Lou sont donc partis pour le garage dès l’ouverture, pendant que Maman et moi préparions le pique-nique.

On se prévoit un petit voyage sur deux jours avec nuit dans un gîte de Salazie avec la côte du Sud sauvage pour y aller et les coulées de lave.

 

Mais après une heure d’attente, Lou nous appelle, ils garderont la voiture jusqu midi. Prenant notre mal en patience, armées de livres et du ventilateurs, nous avons sagement patienté.

Mais sur les coups de midi, voici nos deux compères arrivant du bus, ils gardent la voiture jusqu’à 15h…

On décide donc de déjeuné après avoir regardé les photos prises sous l’eau la veille et fait quelques bricoles. Les photos sont moyennes, certaines sympa.

Nous voici donc de nouveau seules Maman et moi. Lou et Papa sont repartis chercher la voiture. Notre trip pour Salazie est toujours d’actualité mais le programme légèrement modifié.

 

A suivre !

Friday, 30 December, 2005 at 9:35 Leave a comment

Mercredi 21 décembre 2005

Maman nous avait demandé une journée cool pour se remettre un petit peu de son voyage. C’est justement ce que nous avions prévu.

 

Levés à 9, départ à 10, nous voilà en route pour découvrir la distillation du Vétiver et la culture du Curcuma ou safran peï (=pays, du coin, ou je sais plus je retrouverai).

Bon donc on part un peu tard, on fait le plein pour ne pas encore se retrouver en rade sur les hautes routes sinueuses, on fait un arrêt photo sur une 2 chevaux truck rose bonbon.

 

On monte et on trouve enfin la chaleur. Car ce matin je l’ai trouvé tellement forte que j’ai failli rendre mon déjeuner d’indisposition.

Mais si on a trouvé la fraîcheur, nous n’avons pas trouvé la distillerie de Vétiver. A l’endroit indiqué, Lou n’est même pas allée bosser car sa chef lui avait dit de ne pas insister. On suppose que ce ne doivent pas être des gens bien en règle quant à leur terrain… En sonnant ils nous ont indiqué « 500 mètres en dessous ». Retour sur nos pas, on a hèle le facteur, rien n’y a fait. On a appelé les numéros de fixe et de GSM notés sur le guide, rien.

 

On a donc décidé de se diriger vers notre second point d’arrêt, plus au-dessus, donc plus au frais, pour pique-niqué.

Le temps était couvert mais plaisant.

Pique-nique et discussions plus ou moins âpres sur différents sujets, puis sieste ou bouquin.

 

Il fut enfin l’heure de la visite à la maison du Curcuma. On a eu droit à un petit film nous expliquant que cet épice vient de la racine de la plate, elle est pelée, séchée puis réduite en poudre jaune pour assaisonner le fameux CARI.

Il a nous a ensuite été proposé une dégustation de nombreux produits fait dans la propriété. Confitures, rhums arrangés, sirops… Chacun ayant son utilisation, sa vertu. Papa a donc voulu essayé le sirop de Curcuma justement. Affaire à suivre…

Les papilles chargées on a repris la route mais en décidant de prendre celle des hauteurs pour avoir des points de vues sur la mer. Notre chauffeur ayant des petits problèmes de mains et une assistance exigeante, il a donc laissé la main à Lou qui nous a conduit à la plage. Que faire d’autre à cette heure chaude de l’après-midi.

J’ai acheté des petits samossas et chouchous pour couper ma faim et j’ai retrouvé la famille dans l’eau. Mmmm… on rentrait dedans tout simplement, comme dans du beurre et avec le soleil on voyait à travers. Papa et Lou, armés de masque, lunettes, tuba et appareil photo étanche sont allé au loin pour voir les poissons.

Nous les avons ensuite rejoints avec Maman, et un troisième masque. L’eau claire on voyait un grand nombre de tous petits poissons, c’était vraiment superbe. Plein de coraux, il fallait aussi faire attention. Mais Lou y  a écorché son pied et le froid commençant à nous saisir nous sommes rentrés, non sans avoir fini la pellicule avec des photos de nous sous l’eau et avoir vraiment pris du bon temps. Et voir ce que j’avais sous les pieds m’a beaucoup rassuré dans ma nage en mer.

 

Le repas du dîner avait été planifié, et je m’y suis mise après une bonne douche : Cari de Boucané (poitrine fumé, ou plus généralement viande fumée).

J’ai bien suivi la recette de le compliment de Lou a été « c’est presque du vrai, presque, par ce que ce n’est pas cuit au feu de bois ». Mission accomplie et ventres remplis, la vaisselle faite, nous n’avons pas tardé à aller nous coucher, nous étions claqués.

Friday, 30 December, 2005 at 9:34 Leave a comment

Mardi 20 décembre 2005

Ce matin-là, le levée est tôt, 6h debout. On prévoit le petit déjeuner dans la voiture, des macatias (petits pains du pays) avec du jus d’orange, de quoi tenir la route.

 

L’aéroport est à deux heures de route. Tout le monde s’est fait beau, et nous voilà partis. Le temps est lui aussi de la partie et tout le long du trajet on a droit à un paysage magnifique.

C’est un jour férié ici, et la route est donc plus rapide que prévu. A l’aéroport l’avion n’est pas encore là. Chacun trompe l’attente à sa manière. Lou est allée acheté le Quotidien, un des deux journaux locaux. Principalement rempli de faits divers et un grand nombre de petites annonces, c’est assez drôle. Il présente aussi toutes les manifestations locales, indispensable pour les touristes que nous sommes.

Papa se fixe sur la terrasse de l’aéroport avec de nombreuses autres personnes pour prendre des photos de l’atterrissage.

De mon côté, je vais jeter un œil à la papeterie pour découvrir que mon dernier Cosmo est en kiosque, mais pour l’énorme somme de 4 euros (contre à peine 2 en métropole…) et fouiller les cartes postales pour envoyer.

 

L’avion n’annonce enfin, et on se colle tous contre les vitres pour essayer de voir ses proches. Après quelques tentatives je réussi à voir Maman, Papa l’a loupé, mais on la retrouve peu après le contrôle d’identité, elle attend patiemment sa valise. On avait perdu Lou, et la voilà que se joint à nous. Voir Maman là en bas est assez frustrant, on doit attendre que son bagage arrive avant de pouvoir la serrer dans nos bras, et il faut donc être patient.

 

La voici enfin, le teint un peu fripé mais heureuse de nous voir et de constater la chaleur. Elle sera très vite mise au parfum.

On part se balader dans les rues principales de Saint-Denis, et on découvre que tous les magasins sont ouverts.

La fet’kaf est un jour très important ici, car c’est la commémoration de l’abolition de l’esclavage le 20 décembre 1848. Cette date a une vrai signification pour beaucoup de gens ici et jusqu’à présent c’était une journée vraiment fériée. Il faut croire que la société de consommation détruit tout sur son passage… Même les syndicats s’en inquiétait ce jour-là dans le journal…

 

Après avoir fait le tour de nombreux boui-boui et bazars en tous genre, on a enfin trouvé la boutique « Pardon ! » des vêtements fait et pensé ici. Allez sur le site Pardon.net et vous verrez le parti pris de cette marque de vêtements : rebel contre la société de consommation et assez pertinent sur l’île. Bon, nous n’avons pas craqué, car il faut noter des prix assez élevés pour des fringues bien coupé, pas si commun ici…

 

On a ensuite rejoint un copain, celui que l’on avait déjà vu dimanche, avec qui on a déjeuné dans un restaurant de poisson, le D.P.C., qui correspond à une certaine façon de pêcher. Selon le serveur assez chiant avec son baratin, ils vont même breveter leur façon de proposer du poisson frais et vont exporter le concept en métropole. « Mais pourquoi, le poisson il n’est pas frais dans les autres restaurant ?? »

Enfin bon, entre carpaccio, tartare et poisson cuit à la vapeur, chacun en a eu pour son appétit et s’est régalé.

La chaleur nous tombait dessus et nous étions comme mort. Mais il fallait rentrer pour pouvoir profiter tranquillement de la fin de journée.

 

Arrivée à la case, les deux colocs de Lou sont là, on fait les présentation, mais la fatigue terrasse Papa, Maman et moi, qui allons donc faire la sieste. Au réveil, on se sent tout moite et l’idée d’une baignade est toute bonne. Nous voilà paré pour aller prendre l’eau.

 

Moi qui ai un peu peur de ne pas voir dans le fond et tout, je me laisse entraîner par mes trois acolytes et nous nageons une bonne demie-heure. L’eau est bonne, c’est un plaisir.

La nuit tombe doucement, et le temps très menaçant s’annonce sur la côte. Il pleut, il nous font donc rentrer, même si grâce à cette eau l’air se rafraîchi.

 

Une douche et nous voilà fin prêts pour aller dîner. A côté de la case, il y a un resto « Les trois brasseurs », bien connu dans le nord de la France pour ses flammekuches et ses bières, il propose une cuisine métropolitaine assez classique. L’endroit est climatisé, et enfin tous les quatre, on en profite pour planifier notre Noël et la fin de mon séjour.

 

Rassasiés, on est repus et les yeux nous tombent. Même si l’ambiance du mardi est Salsa au resto et que cela danse bien, nous rentrons trouver un repos bien mérité.

Friday, 30 December, 2005 at 9:34 Leave a comment

Lundi 19 décembre 2005

Alors ce matin, nous nous sommes levés moyen tôt pour aller admirer le point de vue de la fenêtre des Makes sur le cirque de Mafate.

Bon, le temps était clair, la route libre (début de vacances…), enfin bref, tout bien. Nous manquerions sûrement d’un peu d’eau, mais ce carburant là se trouve facilement.

Malheureusement pour nous, c’est l’autre carburant, celui de la voiture qui nous a manqué !! Nous avons commencé notre montée sans penser à regarder la jauge… et on y a donc pensé trop tard. On a pensé en trouver plus haut, mais on a un peu ri au nez… normal quand même !

Et finalement, en levant la tête, la vue était toute bouchée, et là, cela a sonné le glas de notre expédition matinale…

 

Un peu furax (de mon côté, j’avais pris mon bouquin et j’étais plutôt zen) nous sommes donc redescendus. Papa en a profité pour prendre quelques belles photos. Nous avons fait une halte près d’une jolie église, et puis on essayé l’usine de canne à sucre qui se visite, mais fermée le lundi ! Nous avons donc réservé un petit resto qui fait de superbes salades pas cher, et nous sommes arrêtés à Saint-Louis pour trouver deux trois choses dans des bazars chinois, et en passant dans un petit magasin de fringue, j’ai trouvé un pantalon sympa et on a trouvé une fille de notre bled, là, paumé en Touraine !! Si, si !

Bon j’ai donc un nouveau pantalon que je me tâte à mettre en hiver, mais j’ai envie !

 

Puis petit resto très sympa, climatisé.

Retour à la case pour la séance ménage de Lou avant un passage chez le coiffeur et les finitions de ma chaise, pendant que Papa met en place ses photos à lui.

 

Ce soir on prévoit un festival de musique, et demain matin Maman arrive !!

 

Et demain c’est férié, le 20 décembre est la Fête Caf’, la commémoration de l’abolition de l’esclavage, ici c’est sacré. Je vous tiens au courant…

Friday, 30 December, 2005 at 9:30 Leave a comment

Older Posts


Calendar

July 2017
M T W T F S S
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Posts by Month

Posts by Category